LeWeb 2007

“Le krach des subprimes, c’est aussi le krach de l’Internet 2.0 », a estimé le  chairman de Wikio. D’une manière générale, « les sociétés de Web 2.0 perdent de l’argent », indique l’ancien patron de Kelkoo et de Netvibes, avant d’annoncer toutefois que Wikio serait à l’équilibre à la fin de l’année.   

     Certains, entrepreneurs et capital-risqueurs, ont bien essayé de faire bonne figure nous assurant, comme  le  président fondateur de PriceMinister, que l'heure était propice à un "vrai climat pour entreprendre et investir ». Mais la tonalité générale et l’ambiance n’étaient vraiement pas à la fête.    

      « Vous ne pouvez pas nier qu’il y a une vraie tempête dehors. Et non, ce n’est pas un bon moment pour les entrepreneurs et les VC », a déploré un Directeur Associé chez Wellington Partners. « Beaucoup de firmes sont inquiètes sur leurs investissements et les surveillent de très près de crainte d’un accident ».

      Pour Jeff Clavier, fondateur et directeur associé de SoftTech VC, “2009 sera le bien test de la survie ». « Il faut faire attention dans un marché malade », prévient le CEO de Fon,  qui a déjà connu la faillite en 1998. « Les sociétés qui vont survivre à 2009 seront  fortes pour un bon moment », pronostique le nouveau CEO de Netvibes.

      L’assemblée, de jeunes et moins jeunes « geeks » européens, a aussi été saisie par l’étonnant témoignage du danois Morten Lund, l’un des investisseurs européens les plus dynamiques et les plus excentriques (Skype, …) qui a annoncé être désormais sur la paille après avoir perdu 30 millions d’euros dans l’aventure d’un journal gratuit au Danemark Nyhedsavisen, devenu le 1er quotidien du pays mais qui, perdant trop d’argent, a du fermer en août dernier.

       « Les gens en Europe n’ont pas encore mesuré l’ampleur de la crise et réagissent trop lentement», a estimé de Founder, European Founders. « Je suis très pessimiste pour trouver de l’argent ».

       “C’est comme une gueule de bois après une grande fête. Et nous savons tous que c’était une grande fête », a bien résumé le  patron de Google Europe, Afrique et Moyen Orient.

    “Nous sommes, comme Christophe Colomb en 1492, en train de naviguer dans des eaux inconnues. Certains vont trouver une voie d’accès, d’autres pas”, a prévenu l’ancien, Yossi Vardi, investisseur et entrepreneur.

        Même Fred Wilson, associé de Union Square Ventures à New York, et généralement positif, même dans la crise, a reconnu qu’en 2009, « pas mal d'entrepreneurs risquaient de prendre une année 'off' l'année prochaine ».

       Le climat n’était donc pas meilleur du côté des start-up. Comme chaque année, LeWeb organisait une compétition : « plus que jamais, il nous faut un business model, et trop souvent, il manque », a commenté l’un des juges le vice president de Global Technology & Innovation. Un autre a regretté « le manque d’enthousiasme et de dynamisme » dans les projets.

       Coté nouvelles tendances: pas mal d’espoirs dans le mobiles (dopés par l’iPhone), le web temps réel à la twitter, les moteurs de recherche vidéo, les moteur de recherche locaux, et toujours les communautés.      

      Le mot de la fin à l’écrivain Paulo Paulo Coelho : « la récession est bonne pour les livres, qui font toujours le meilleur des cadeaux bon marché ».

 

Les commentaires sont fermés.